Accueil  >  Actualités  >  Covid-19 : la Haute Autorité de Santé recommande d’abaisser le délai de la dose de rappel à 3 mois

Covid-19 : la Haute Autorité de Santé recommande d’abaisser le délai de la dose de rappel à 3 mois

24/12/2021 à 18h14
En cette veille de Noël, la Haute Autorité de Santé a préconisé l’abaissement à 3 mois du délai du rappel vaccinal, au lieu des 4 mois prévus à l’origine. La HAS a également suggéré la vaccination pour les adolescents fragiles.
 En raison de l’avancée de variant Omicron et de la recrudescence de l’épidémie en France qui enregistre actuellement plus de 90 000 nouveaux cas en vingt-quatre heures, la Haute Autorité de Santé a recommandé d’administrer la dose de rappel à partir de trois mois après la primovaccination. 
 
À l’origine, il avait été décidé qu’à partir du 3 janvier, le délai se réduirait à quatre mois au lieu des cinq pour le moment en application. 

En attendant d’examiner l’avis du HAS, le ministère de la Santé a indiqué qu’il conserverait les quatre mois de délai initialement prévus, mais ce dès maintenant et non plus le 3 janvier. 

 Une possible dose de rappel pour des adolescents à risque 

 
Outre l’abaissement du délai des doses de rappel, la HAS a également suggéré l’administration d’un rappel vaccinal pour les adolescents de 12 à 17 ans fragiles, en situation de comorbidité ou soufrant d’immunodéficience. 
 
La Haute Autorité de Santé a néanmoins précisé qu’elle était dans l’attente de résultats d’un essai mené par Pfizer avant de se prononcer définitivement sur cette dose de rappel. 
 
La recommandation faite par l’HAS n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait d’ailleurs indiqué mercredi dernier que la dose de rappel ne serait pour l’instant pas élargi aux adolescents. 
 

Un nouveau conseil de défense sanitaire lundi prochain 

 
Emmanuel Macron tiendra lundi 27 décembre, un nouveau conseil de défense sanitaire qui aura lieu juste avant le Conseil des ministres qui doit adopter le projet de loi visant à transformer le pass sanitaire en pass vaccinal. 
Une étape qui devrait sonner de nouveaux débats au sein de la population. 

A la Une dans les Hauts-de-France