Accueil  >  24h Hauts-de-France  >  Le retour en force du vinyle

Le retour en force du vinyle

WEO 26/03/2021 à 10h39

On a maintenant tous l'habitude d'écouter de la musique sur nos plateformes de streaming favorites mais il y a un autre support, physique celui là, qui ne veut pas signer son arrêt de mort et ce n'est pas pour me déplaire, je veux bien évidemment parler du vinyle.
Depuis quelques années les disques vinyles sont redevenus des produits grand public, on en voit de plus en plus un peu partout, même dans les rayons cultures des supermarchés c’est pour dire.
L'année 2020 n'a pas été une année de crise pour l’industrie du vinyle. En pleine pandémie, le chiffre d’affaires du vinyle a dépassé celui du CD aux Etats-Unis. Et ce n'est pas un cas isolé, on observe la même tendance partout en Europe et notamment en France.

Il s'est écoulé 4,5 millions de galettes noires en 2020 rien que sur le territoire français (c’est 500 000 de plus qu'en 2019) — et ce dans tous les genres musicaux —

Alors c'est drôle, puisque souvenez-vous, enfin les plus âgés d'entre nous s’en souviennent, on disait à l'époque que le vinyle allait tuer la radio, quelques années après que la K7 allait tuer le vinyle, encore quelques années plus tard que le CD allait tuer le vinyle, et il y a quelques années que le streaming allait donner le coup de grâce à l'industrie musicale. Et bien en 2021, celui qui tire son épingle du jeu c'est bel et bien le vinyle.

On peut se demander pourquoi le vinyle revient sur le devant de la scène. Et bien plusieurs raisons à cela. Depuis l'avènement du streaming, tout est dans le cloud, on n'a pas accès physiquement à la musique et c’est surement ça qui manque à une bonne partie des amateurs de musique.
Un vinyle ce n’est pas que de la musique, c'est un bel objet, que l'on peut toucher et regarder. La pochette est souvent très jolie et c’est parfois même une œuvre d’art à elle toute seule.
Et puis sur cette pochette il y a plein d’infos qui sont introuvables ou difficilement accessibles sur les plateformes de streaming, comme le nom des musiciens, des collaborateurs, le nom du studio ou a été enregistré l’album, pleins d’infos pour les curieux


C’est aussi un grand plaisir de poser cette galette noire sur une platine vinyle, de poser délicatement le diamant sur le sillon, toutes ces petites choses font partie des petits plaisirs de la musique
La possession de l'objet aussi ! C'est bien de pouvoir écouter ou l'on veut et quand on veut de la musique en streaming, mais pour certains, et j'avoue j'en fais partie, c'est beaucoup mieux de posséder l'objet.
C'est aussi un très bel objet de déco, je parle du disque en lui-même mais aussi de la platine pour l'écouter. D'ailleurs selon le Snep (Syndicat national de l'édition phonographique), il s'est vendu en 2020 191 000 platines, c'est colossal.
Et enfin la principale raison et non des moindres, la qualité est nettement meilleure sur vinyle que sur les plateformes de streaming.
Le vinyle fonctionne tellement bien que la plupart des artistes sortent leur album dans ce format mais ce qui fonctionne le mieux ce sont les rééditions. Les maisons de disques s’empressent de rééditer les albums cultes de leur répertoire à tel point que les entreprises qui fabriquent les galettes noires voient leurs carnets de commande grossir à n’en plus finir
Le SNEP a sorti un rapport des meilleurs ventes de vinyles en 2020 en France et dans le TOP 10 on ne trouve que 2 artistes francophones dont un décédé, je vous le donne dans le mille c’est Johnny avec son album posthume « Son rêve américain » qui est en 8ème place des ventes.
Angèle elle est 10ème avec son album BROL. Les premiers ce sont les papys d’ACDC avec leur dernier album Power Up. Puis entre deux on trouve les éternels Nirvana, Bob Marley, Amy Winehouse ou encore Queen.
Alors si j’ai choisi de vous ramener ce vinyle en particulier ce n’est pas anodin. C’est Homework, le premier album des Daft Punk sorti en 1997, et pour moi le meilleur et de loin.
Vous n’êtes pas sans savoir que le duo français a mis fin à sa carrière il y a quelques semaines. Une fin de carrière qui illustre bien la folie autour du vinyle puisque dès l’annonce de leur séparation, les prix des vinyles des Daft Punk se sont envolés.
Tenez-vous bien, sur Discogs, la plateforme de référence de vinyles d’occasion, certains petits malins se sont amusés à mettre en vente leurs disques à des prix hallucinants.

L’album le plus cher vendu sur la plateforme est Random Access Memories, il atteint les 10 000 euros. C’est purement et simplement de la folie.
Petite info et grand conseil pour celles et ceux qui voudraient s’offrir les albums des Daft Punk en vinyle, patientez un peu ils vont bientôt être réédités à des prix beaucoup plus décents, une vingtaine d’euros environ, et plutôt que de les acheter dans les grands magasins, vous pouvez évidemment soutenir le petit disquaire du coin, qui lui galère depuis 1 an. Et vous verrez, ce n’est pas forcément plus cher chez les disquaires indépendants.

A la Une dans les Hauts-de-France

Salon de l'agriculture 2022

Retrouvez l'intégralité de nos émissions et replays

Toutes les émissions