Accueil  >  Actualités  >  Arras : des dénonciations de piqûres pendant la fête de la Musique

Arras : des dénonciations de piqûres pendant la fête de la Musique

23/06/2022 à 11h12
La fête de la Musique était un moment de divertissement qui a accueilli des groupes de musique dans les rues françaises. Pourtant, à Arras comme un peu partout en France, des piqûres ont été dénoncées.
Mardi soir, à Arras, du monde était présent pour célébrer la fête de la Musique. Une cinquantaine de groupes se sont produits dans les rue de la ville. 

Évidemment, comme pour chaque gros évènement, les forces de l’ordre surveillaient les lieux. A la fin, ils ont pu constater que la soirée était plutôt calme en termes de délinquance de voie publique.

Peu de débordements ont eu lieu. Trois personnes ont été interpellées pour outrage et deux autres pour une rixe du côté du quai du Rivage.

Piqûres lors d’un concert de musique électro


La soirée aurait pu s’arrêter là mais des plaintes de piqûres sont venues gâcher la fête. Le parquet d’Arras a confirmé ces dénonciations. 

Une dizaine de jeunes femmes ont dénoncé des piqûres qu’elles auraient subi en soirée, en particulier lors de l’évènement de musique électro de la place de la Vacquerie. 

Les jeunes femmes ont été prises en charge par les secours. 

Des piqûres pour faire peur


Pour l’instant, rien affirme que les femmes aient été piquées par des seringues et non avec un autre objet de type compas ou fléchette.

En effet, en plus des dénonciations de piqûres de plus en plus fréquentes en France, des personnes s’amusent à faire peur en piquant avec des objets piquants afin de leur faire croire qu’elles ont été droguées.

Des dépistages par des prélèvements sanguins et urinaires pour les victimes ont été demandés par le parquet. 

L’objectif est de savoir si elles ont été droguées à leur insu ou simplement victimes de piqûres destinées à faire peur.

Quatre personnes sont soupçonnées d’être à l’origine et ont été interpellées. Il s’agit de deux majeurs et deux mineurs. 

Deux d’entre eux ont été mis hors de cause et les deux autres ont été laissés libres en attendant les résultats des analyses. 


A la Une dans les Hauts-de-France